LMO

La méthode de diagnostic

 

Selon le LMO, la restriction d'élasticité d'un tissu (lésion ostéopathique) est identifiable au sein de deux structures liées entre elles ou au sein de la structure elle-même: il peut s'agir d'un ligament, d'un nerf, d'une artère, d'un os ou de la peau,... Cette restriction est mise en évidence sans aucune mobilisation, par un "véritable mur" perçu, lors des tests en pression ou en traction, par la main de l'ostéopathe. Ces tests sont effectués sur l'ensemble du corps, ne négligeant aucun système, selon un protocole très précis et rigoureux. Une liste de ces tests et la manière de les exécuter sont présentées dans la méthode du LMO.

 
 

Le praticien hiérarchise, par une démarche originale, toutes les restrictions identifiées, en les comparant deux à deux pour déterminer celle qui présente la plus forte résistance tissulaire, sous la main, lors du test. Ce test original et propre au LMO porte le nom de "balance inhibitrice".

De proche en proche, il devient ainsi possible d'identifier la cause (lésion ostéopathique primaire) qui a pu générer ou entretenir une plainte. L'origine est, en effet, souvent "oubliée" par le patient et peut être éloignée, dans le temps et l'espace, des symptômes qui ont motivé la consultation. Cette hiérarchisation permet de savoir où commencer le traitement ostéopathique!

 .